Musique

Albums, concerts, groupes et chanteurs, musiciens, etc.

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, juin 18 2006

American Jesus

American Jesus [EN] est une chanson du groupe américain de Punk Rock Bad Religion [FR]. Elle est issue de l'album Recipe for Hate, sorti en 1993 chez Epitaph, célèbre boite de production indépendante de Punk, entre autres NOFX [EN] (qui vient de sortir un nouvel album en avril dernier). Cette chanson dénonce la place de la religion et plus précisément de Jesus Christ dans la vie américaine, elle est considérée comme une des meilleures chansons du groupe, au discours engagé. Voilà le logo de Bad Religion [FR] :

CrossBuster

Ceci est comme d'habitude une tentative de traduction toute personnelle.

Le Jésus américain

Je n'ai pas besoin d'être un citoyen du monde
Parce que je suis béni par ma nationalité
Je suis membre d'une population grandissante
Nous renforçons notre popularité
Il y a des choses qui
Semblent nous tirer vers le bas
Et il y a des choses qui
Semblent nous trainer au sol
Mais il y a une puissance
Et une présence vitale
Qui se cache autour

Nous avons le Jésus américain
Voyez le sur l'autoroute
Nous avons le Jésus américain
Il a aidé à bâtir
La propriété du président

Je me sens désolé
Pour la population mondiale
Car si peu
Vivent aux Etats-Unis
Au moins les étrangers
Peuvent copier notre moralité
Ils peuvent visiter mais ne peuvent rester
Seuls quelques-uns
Peuvent partager la prospérité
Cela nous fait marcher
Avec une confiance renouvelée
Nous avons un endroit où aller à notre mort
Et l'architecte habite là

Nous avons le Jésus américain
Soutenant le plan national
Nous avons le Jésus américain
Accablant des millions de gens chaque jour
(Exerçant son autorité)

C'est le fermier des champs arrides
La force que l'armée exerce
L'expression sur les visages
Des enfants affamés
La puissance de l'homme
Il est le carburant qui conduit le clan
Il est la motivation et la conscience
De l'assassin
Il est le prêcheur à la télé
La fausse sincérité
La lettre formelle qui est écrite
Par les gros ordinateurs
Il est la bombe nucléaire
Et les enfants sans mères
Et je craints
Qu'il soit en moi

Nous avons le Jésus américain
Voyez le sur l'autoroute
Nous avons le Jésus américain
Il a aidé à construire
La propriété du président
Nous avons le Jésus américain
Soutenant le plan national
Nous avons le Jésus américain
Accablant des millions de gens chaque jour, ouais !

Une nation... Sous dieu (x 8)

Lire la suite...

vendredi, juillet 22 2005

Creep

RadioHead est un groupe formé pendant les années 90, par des anglais s'étant rencontrés à Oxford. Creep est leur titre phare, lorgnant du coté de Nirvana, il a tourné fortement sur les ondes, et est très connu. Chanson assez triste, elle est toutefois mélodique et est magnifique quand jouée de manière acoustique [EN]. Pour plus d'informations sur ce groupe, voilà une petite biographie [FR] trouvée sur le net.

Ceci est comme d'habitude une tentative de traduction toute personnelle.

Raté

Quand tu étais ici autrefois
Je ne pouvais pas te regarder dans les yeux
Tu as l'air d'un ange
Ta peau me fait pleurer
Tu flottes comme une plume
Dans ce monde magnifique

J'aurai voulu être exceptionnel
Tu es vraiment exceptionnelle

Mais je suis un raté, je suis un inadapté
Mais qu'est-ce que je fous ici?
Ma place n'est pas ici

Je m'en moque si ça fait mal
Je veux avoir le contrôle
Je veux un corps parfait
Je veux une âme parfaite
Je veux que tu remarques
Quand je ne suis pas là

Tu es vraiment exceptionnelle
J'aurai voulu être exceptionnel

Mais je suis un raté, je suis un inadapté
Mais qu'est-ce que je fous ici?
Ma place n'est pas ici

Oh... Oh...
Elle fuit encore...
Elle s’enfuit
Elle court, court, court
Court...

Quoique que ce soit qui te rende heureuse
Quoique tu veuilles
Tu es vraiment exceptionnelle
J'aurai voulu être exceptionnel

Mais je suis un raté, je suis un inadapté
Mais qu'est-ce que je fous ici?
Ma place n'est pas ici
Ma place n'est pas ici...

Lire la suite...

lundi, juillet 18 2005

Ar Re Yaouank

Ar Re Yaouank est un groupe breton que m'a fait découvrir (forcément!) Olivier R. Avec une base de musique traditionnelle bretonne (bombarde, biniou, accordéon), il rajoute des touches de modernité très raffraichissantes (guitare, basse). Le nom du groupe veut dire "les jeunes" (en breton bien sûr), pour comprendre ce nom, référez vous à cette page retraçant la brêve histoire de ce groupe [FR] (ainsi qu'à leur discographie [FR]). Olivier m'a passé divers morcaux du groupe, je retiens surtout Breizh Positive, tiré de l'album éponyme, et la Suite Gavotte (chambre 361). Musique très entrainante, même pour un non initié tel que moi!

mardi, juillet 12 2005

The Streets - Original Pirate Material

Album sorti en 2002 en hommage aux radios pirates outre-atlantique, cet album a été une vraie découverte pour moi, espèce de rap-rock anglais, avec un style assez particulier et assez bien pour tout dire, ça bouge c'est varié, et original (à mes oreilles en tout cas, d'autant que je n'aime pas le hip-hop). Avec une musique alternative, aux accents de punk je trouve, le style musical le plus proche je trouve serait les Beastie Boys. Reportez vous à cette critique sur le site des inrocks [FR] pour plus d'infos, et un avis sans doute beaucoup plus éclairé que le mien.

Bref, un album à découvrir.

mardi, juin 28 2005

What i got

What I got est une -superbe- chanson de Sublime, un de mes groupes préférés, douce, à la guitare. A noter que diférentes versions existent, acoustique, scratchée, ... Pour l'historique du groupe, référez vous à ce site [EN] (comment ça feignasse?).

Je vais tenter une petite traduction de cette sublime (*ha ha*) chanson.

Ca que j'ai

Tôt le matin, me levant dans la rue
J'allume une cigarette et je lace mes chaussures
Je dois trouver une raison, une raison pour laquelle les choses ont mal tournées
Je dois trouver une raison pour laquelle mon argent s'en est allé

J'ai un dalmatien, et je peux toujours m'élever
Je joue à la guitare comme une putain d'émeute
La vie est (trop courte), alors l'amour c'est ce que tu as
Parce que tu peux te faire marcher dessus ou tu peux te faire tirer dessus

Ne jamais commencer à rester en place
Je l'enlève de mon buste
Jamais eu à me battre sans gilet pare-balle
Prend ce petit exemple, prend un truc de ma part
Prend tout ton argent, donne tout à une oeuvre caritative
L'amour est ce que j'ai
C'est à ma portée

Et le style de Sublime toujours en direct depuis Long Beach
Ca te revient entièrement, tu vas enfin avoir ce que tu mérites
Test et essaye tu es fait pour être servi
L'amour c'est ce que j'ai
Ne démarre pas d'émeute
Tu le sentiras quand la dance se réchauffera

[Choeur]

(C'est) pourquoi je ne pleure pas quand mon chien s'enfuit
Je ne m'énerve pas face aux factures que j'ai à payer
Je ne m'énerve pas quand ma mère fume de l'herbe
Tape la bouteille et s'ne va droit vers le rocher
Baiser et se battre, c'est la même chose
Vivre avec le chien de Louie est la seule façon de garder mes esprits
Laisse l'amour, laisse l'amour revenir vers moi

Lire la suite...

lundi, juin 13 2005

Stockholm Syndrome

Muse est un groupe de rock d'origine anglaise, ayant quatre albums à leur actif, le premier ayant été tiré à quelques milliers d'exemplaires en 1998. Il deviennent incontournables dès 1999, avec la sortie de Showbiz, et sont consacrés en 2001 avec Origin of Symetry, comprenant les désormais célèbres Bliss et New Born. Puis sort en 2003 l'album Absolution, d'où est tiré cette chanson, Stockholm Syndrome. Je n'en ai pas parlé ici, mais c'est l'un de mes grands albums du moments, tout simplement fabuleux et vraiment typique. Le groupe est mené par le charismatique Matthew Bellamy (compositeur, chanteur, guitariste et pianiste du groupe!). Je vous conseille le fabuleux DVD de leur concert à Bercy : Hullabaloo, il est vraiment énorme, à la mesure de ce groupe. Pour plus d'infos, allez voir cet article dans WikiPedia [FR].

Voici ma modeste tentative de traduction :

Stockholm Syndrome

Je ne resterais pas sur ton chemin
Laisse grandir ta haine
Et elle hurlera
Et elle criera
Et elle priera
Et elle avait un nom
Ouais elle avait un nom

Et je ne te retiendrais pas
Laise ta rage grandir
Et nous volerons
Et nous tomberons
Et nous brûlerons
Personne ne se souviendra
Personne ne se souviendra

C'est la dernière fois que je t'abandonnerais
Et c'est la dernière fois que je t'oublierais
Si seulement je pouvais

Regarde les étoiles
Laisse l'espoir bruler dans nos yeux
Et nous aimerons
Et nous espèrerons
Et nous mourrons
Tout n'est pas vain
Tout n'est pas vain

C'est la dernière fois que je t'abandonnerais
Et c'est la dernière fois que je t'oublierais
Si seulement je pouvais

C'est la dernière fois que je t'abandonnerais
Et c'est la dernière fois que je t'oublierais
Si seulement je pouvais
Si seulement je pouvais

Lire la suite...

mardi, février 1 2005

Précipitation

Un de mes amis, Manu, fait parti d'un groupe de Rock, ce dernier s'appelle Précipitation. Et il se trouve que j'héberge leur site Web, qui s'est récemment étoffé, et présente le groupe, son histoire, leurs envies, ainsi que leurs influences. On peut meme y acheter leur premier album (4 titres) Je vous invite donc à visiter le site officiel de Précipitation [FR] (okay, c'est un brin pompeux, mais ils le valent bien). Bientot près de chez vous (pour peu que vous ayez la chance d'habiter dans le sud-ouest, pour l'instant)!

mardi, janvier 11 2005

Toi aussi deviens ponk

Un petit simulateur de concert punk [FR] en flash©, ça détent bien de temps en temps.

Vu sur Le blog de Ultimateclem [FR].

lundi, novembre 29 2004

Cannonball

The breeders est un groupe de Rock des années 90, dont deux soeurs forment l'âme. La chanteuse bassiste Kim Deal est aussi leader de ce groupe. Leur titre le plus connu s'appelle Cannonball, je me souviens avoir eu un vrai coup de coeur pour cette chanson en voyant les breeders jouer Live dans Nulle Part Ailleurs grande époque, sur Canal. Voici ma modeste tentative de traduction :

Boulet de canon :

Check check check
Un Deux

Crachant dans un puit aux souhaits
Renvoyé par l'explosion des enfers... Crash
Je suis la dernière éclaboussure

Je te connais petit libertin
Je sais que t'es un vrai coocoo

Hé maintenant, hé maintenant...
J'te veux kookoo, boulet de canon
J'te veux kookoo, boulet de canon
Dans l'ombre, dans l'ombre,
Dans l'ombre, dans l'ombre

Je te connais petit libertin
Je sais que t'es un boulet de canon

Je serais ce que tu veux
Le bong dans ce morceau de reggae

Dans l'ombre, dans l'ombre
J'te veux kookoo, boulet de canon
J'te veux kookoo, boulet de canon

Crachant dans un puis aux souhaits
Explosé des enfers
Crash
Je suis la dernière éclaboussure

Je serais ce que tu veux
Le bong dans ce morceau de Reggae

J'te veux kookoo, boulet de canon
J'te veux kookoo, boulet de canon
Dans l'ombre, dans l'ombre,
Dans l'ombre, dans l'ombre

Lire la suite...

samedi, novembre 20 2004

Faites du bruit!

Vu sur l'excellent Kopikol [FR], un petit bout de flash©, du coté du site officiel de Mike Portnoy (membre du groupe DreamTheater). C'est la batterie de Mike [FR], lui même étant un des plus grands batteurs de tous les temps, dixit Romain [FR].

dimanche, novembre 14 2004

American Idiot

J'ai récemment fait l'aquisition du dernier album de Green Day, intitulé American Idiot. L'album est très intéressant, et propose deux chansons sous forme d'opéra rock, découpées en 5 sous-chansons. L'album est mature par rapport aux premiers albums du groupe, les mélodies toujours simples et bien senties. Bref, une excellente idée à l'approche des fêtes. La chanson titre de l'album fustige l'amérique de Georges Walker Bush, et s'appelle American Idiot. Elle est particulièrement péchue, et caractérise vraiment bien le retour du groupe de punk-rock, quelques 4 ans après l'avant dernier album du groupe. Je vous en propose une modeste tentative de traduction.

Traduction d'American Idiot :

J'veux pas être un idiot américain.
J'veux pas d'une nation sous la coupe des médias.
Et peux tu entendre le bruit de cette hystérie?
L'Amérique subliminale à l'esprit foutu.

Bienvenue à cette nouvelle forme de tension.
Partout dans cette nation étrangère.
Tout n'est pas fait pour aller bien.
La télévision rêve de demain.
Nous ne sommes pas ceux qui devont suivre.
C'est suffisant pour argumenter.

Certes, je suis peut-être la tapette américaine.
Je ne suis pas dans un agenda des cul-terreux.
Maintenant tout le monde fait suivre la propagande.
Et chante le cours de l'age de la paranoia.

Bienvenue à cette nouvelle forme de tension.
Partout dans cette nation étrangère.
Tout n'est pas fait pour aller bien.
La télévision rêve de demain.
Nous ne sommes pas ceux qui devont suivre.
C'est suffisant pour argumenter.

J'veux pas être un idiot américain.
Une nation controllée par les médias.
L'age de l'information hystérique.
Qui s'adresse à l'Amérique idiote.

Bienvenue à cette nouvelle forme de tension.
Partout dans cette nation étrangère.
Tout n'est pas fait pour aller bien.
La télévision rêve de demain.
Nous ne sommes pas ceux qui devont suivre.
C'est suffisant pour argumenter.

Lire la suite...

mardi, août 17 2004

Franco Unamerican

Cette chanson de NOFX [EN], le groupe de punk californien, dont le chanteur/guitariste/leader Fat Mike est actuellement le porte parole du mouvement Punk Voters [EN], qui réalise une tournée en ce moment même, cette dernière s'appellant "Rock Against Bush", et tous les grands groupes de Punk Californien tels PennyWise, NoFx [EN], et d'autres encore (plus d'informations? C'est par ici [FR] ou là [FR]). Elle est tirée de l'excellent album War on Errorism, jeux de mot bien entendu sur la guerre au terrorisme de Georges Walker Bush, et en est une des meilleures chansons. Si je le pouvais, j'en diffuserais le clip, très bien fait, à base de dessin animé explicitant les paroles.

Tentative (modeste) de traduction des paroles de Franco non-américain :

Je n'ai jamais pensé à l'univers
Ca me faisait me sentir tout petit
Réchauffement de la planète, sites radio-actifs
Erreurs impérialistes et droits des animaux! Non!

Pourquoi penser aux mauvaises choses alors que la vie est si belle?
Pourquoi aider avec un "faire" alors qu'il y a toujours un "pourrait"?
Laissons les baleines se préoccupper des poissons
Hors de la Californie, c'est de la politique étrangère

Je ne veux pas de changements, je n'ai pas de réaction
Vos dilemmes sont mes distractions

Il n'y a pas d'issue, Franco non-américain
Pas d'issue, Franco non-américain
Pas d'issue, Franco non-américain
Pas d'issue, Franco, Franco non-américain

Je n'ai jamais regardé autour de moi, jamais regardé derrière les apparences
Puis j'ai lu Howard Zinn, et je me sens dépressif
Maintenant je ne peux dormir de mes années d'apathie
Juste parce que j'ai lu un petit Noam Chomsky

Je suis devenu végétarien à cause de la nation fast-food
Je porte quelques chaussures à cause de la globalisation
Je regarde Michael Moore me dévoiler l'horrible vérité
J'écoute Public Ennemy et Reagan Youth

Je ne vois pas de paix mondiale à cause des armées zélées
Je ne prend pas de chewing-gum car ils sont fait avec des chevaux sans les sabots
Je ne peux pas y croire; Quel défaite complète
Le président se marre parce que nous avons voté pour Nader

Il n'y a pas d'issue, Franco non-américain
Pas d'issue, Franco non-américain
Pas d'issue, Franco non-américain
Ou pouvons nous aller, Franco non-américain

Je veux aller au nord et devenir canadien
Ou descendre avec les gentils australeins
Je ne veux plus être un j'men-fout-ricain
Qu'est-ce qu'on va faire Franco, Franco non-américain

Lire la suite...

dimanche, août 1 2004

Mariés, deux enfants

Et hop, une nouvelle très modeste et toute petite tentative traduction de chanson en français (si ça ne vous plaît pas, vous ne pourrez cous en prendre qu'à vous même, je vous avais prévenus!), cette fois ci la bande originale d'une série fort caustique, Married...with Children, dont le titre francisé donnait Marié deux enfants.

Traduction :

Amour et marriage, amour et marriage,
Vont ensemble comme un cheval et une charge,
Ca, je te le dis mon pote, tu ne peux pas en avoir un sans l'autre.

Amour et marriage, amour et marriage,
C'est une institution que tu ne peux dépareiller,
Demande aux gens alentours, et ils te répondront que c'est élémentaire.

Essaye, essaye, essaye de les séparer,
C'est une illusion.
Essaye, essaye, essaye et tu arriveras
A cette conclusion.

Amour et marriage, amour et marriage,
Vont ensemble comme un cheval et une charge,
Mère l'a dit à papa,
Tu ne peux pas en avoir un,
Tu ne peux pas en avoir aucun,
Tu ne peux pas en avoir un sans l'autre.

Lire la suite...

dimanche, juillet 25 2004

RaTm - Wake up

"Wake Up" de Rage Against The Machine (RATM pour les intîmes) est une chanson surtout connue du grand public comme êtant la bande originale de Matrix premier du nom, des frères Wachowsky. Mais c'est aussi un appel au réveil au peuple victime d'un système envahissant. En voici une très modeste, comme à l'accoutumée, tentative de traduction des paroles de cette chanson forte et énergique.

Réveilles toi

Allons y!
Uggh!

Bien que tu tentes de discréditer
Tu ne le matrise toujours pas
L'aiguille, j'arriverais à la fileter
Radicalement poétique
Restant avec la même rage qu'ils avaient en 66
Et comme E-double je suis mauvais
Toujours dans la merde du système jusqu'aux genoux
Hoover, il faisait disparaitre les corps
Je te donnerais mon avis
Mais ça ne ressemblera jamais
A la rage massée en fond de moi
Point en l'air, au pays de l'hypocrisie

Les mouvements vont et viennent
Les meneurs parlent, les mouvement cessent
Quand leurs têtes tombent
Car tous ces rebelles
Ont des balles dans leurs têtes
Police, juges, fédéraux,
Médias travaillent, gardant les gens sous contrôle
Tu sais qu'ils sont allés contre King
Quand il a parlé contre le Vietnam
Il a donné le pouvoir aux démunis
Et le coup est venu

Oui!
Oui, encore cela
Avec la poésie, je fléchie ma pensée
Flip comme Wilson, des chanson qui ne manquent jamais de finesse
Que dois-je faire pour te réveiller
Pour te secouer, pour faire s'écrouler le système en place
Parc'que le sang coule toujours dans le caniveau
C'est comme si je prennais des photos
Un con ouvre d'un coup de pied l'obturateur
Donne l'ambiance
Et je cogne et je bouge comme Casius
Puis recommence mon mouvement
Décroche une gauche aux fascistes
Oui, les nombreux fédéraux
Qui ont fait des plans sur les rêves
Et les ont achevés
Tu ferais bien de faire gaffe
Du retour de baton de la guerre des esprits
Vision 20/20 et peintures urbaines métaphoriques
Les médias au travail, gardant les gens au calme
Tu sais qu'ils ont tué X
Et essayé de jeter le blame sur l'islam
Il a donné le pouvoir aux démunis
Et le coup est parti

Uggh!
Quel était le prix pour sa tête?
Quel était le prix pour sa tête?

Je pense que j'ai entendu un tir
Je pense que j'ai entendu un tir
Je pense que j'ai entendu un tir
Je pense que j'ai entendu un tir
Je pense que j'ai entendu un tir
Je pense que j'ai entendu, je pense que j'ai entendu un tir

'Il peut être un vrai compétiteur pour ce poste s'il
abandonne sa supposée obédiance à la doctrine libérale blanche
de la non violence... Et penche du coté du nationalisme noir'
'Grâce à la contre-intelligence il devrait être possible
d'identifier les fouteurs de merde... Et de les neutraliser,
les neutraliser, les neutraliser.'

Réveilles toi! Réveilles toi! Réveilles toi! Réveilles toi!
Réveilles toi! Réveilles toi! Réveilles toi! Réveilles toi!

Combien de temps? Pas longtemps, car ce que tu sèmes tu le récolteras

Lire la suite...

mercredi, juillet 7 2004

Volare

Les chansons des Gipsy Kings, célèbres internationallement, ne sont pas simple à chanter, à cause du rythme élevé. Heureusement, L'excellent Kopikol [FR] m'a permis de dénicher un petit karaoké de Volare [espagnol^klingon] (attention, Flash© inside), en phonétique, réalisé par nos voisins teutons. A coup sûr un futur succès dans les bars!

lundi, juin 21 2004

WonderWall

WonderWall est un tube absolu de Oasis, groupe britannique, issu de l'album Morning Glory en 1995. La chanson a été écrite par Meg Matthews, épouse de Noel Gallagher, le chanteur du groupe. Je vais tenter de produire une fois de plus une modeste traduction.

Mur des merveilles

Aujourd'hui va être le jour
Où ils te le reprocheront
A présent, tu dois t'être rendue compte
De ce que tu dois faire
Je ne crois pas que qui que ce soit
Ressent la même chose que moi pour toi maintenant

N'écoute pas la rumeur qui court dehors
Comme quoi la flamme au fond de toi s'est éteinte
Je suis sûr que tu as déjà tout entendu
Mais tu n'as jamais eu le moindre doute
Je ne crois pas que qui que ce soit
Ressent la même chose que moi pour toi maintenant

Et les routes qu'on doit parcourir sont sinueuses
Et les lumière qui nous guide nous aveuglent
Il y a tellement de chose que
J'aimerais te dire
Je ne sais pas comment

Parce que peut-être
Tu seras celle qui me sauvera?
Et après tout
Tu es mon mur des merveilles

Aujourd'hui devrait être le jour
Mais ils ne rejetteront rien sur toi
A présent tu devrais quelque peu t'être apperçu
Ce que tu ne dois pas faire
Je ne crois pas que qui que ce soit
Ressent la même chose que moi pour toi maintenant

Et les routes qu'on doit parcourir sont sinueuses
Et les lumière qui nous guide nous aveuglent
Il y a tellement de chose que
J'aimerais te dire
Je ne sais pas comment

j'ai dis peut-être
Tu seras celle qui me sauvera?
Et après tout
Tu es mon mur des merveilles

J'ai dis peut-être
Tu seras celle qui me sauvera?
Et après tout
Tu es mon mur des merveilles

'Dis peut-être
Tu seras celle qui me sauvera
Tu seras celle qui me sauvera
Tu seras celle qui me sauvera

Lire la suite...

dimanche, mai 30 2004

I will survive

Cette chanson initialement de Gloria Gaynor, sortie en 1978 (il y a 26 ans), a connue moult reprises, tour à tour hymne de la comunauté Gay états-unienne et en France de la victoire, lors de la coupe du monde 1998 de football, qui avait lieu en France et qui a été gagnée par le pays organisateur. Ma version préférée est celle de Cacke, reprise Rock assez lente, avec des cuivres assez magnifiques, que je ne saurais que trop vous conseiller. Une autre version est de Snuff, et est excellente aussi en version punk-rock californien. On notera au passage les pitoyables reprises francisées de Régine et de Larusso ("le top du top des vedettes", Derick contre Superman©). Bref voilà une modeste tentative de traduction de celle ci :

D'abord j'avais peur
J'étais pétrifiée
Persuadée que je ne pourrais jamais vivre
Sans toi à mes coté
Mais j'ai passé tant de nuits
A penser au mal que tu m'as fait
Et je me suis endurcie
J'ai appris à continuer

Et tu es de retour
Revenu d'ailleurs
J'ai juste eu à entrer pour te trouver là
Avec ce sourire triste sur ton visage
J'aurais du changer ce fichu verrou
J'aurais du te faire rendre la clé
Si j'avais seulement su
Que tu reviendrais m'ennuyer

Va-t-en maintenant, sors d'ici
Fais demi tour
Car tu n'es plus le bienvenu
N'es tu pas celui qui a cherché à me blesse avec ton au revoir
Tu as pensé que je m'effronderais
Tu as pensé que je me coucherais et mourrais
Oh non pas moi
Je survivrais
Aussi longtemps que je saurais ce qu'est l'amour
Je sais que je resterais en vie
J'ai toute ma vie à vivre
J'ai tout mon amour à donner
Et j'survivrais
Je survivrais

Ca m'a demander toute ma force
Pour ne pas m'ecrouler
Essayant de mon mieux de recoller
Les morceaux de mon coeur brisé
Et je suis resté tant de nuits
A m'attrister sur mon sort
Je pleurais
Mais maintenant je relève la tête
Et tu m'as en face de toi
Quelqu'un de nouveau
Je ne suis plus cette personne enchainée
Toujours amoureuse de toi
Et tu te sens comme chez toi
Et me veux juste libre
Maintenant je garde tout mon amour
pour quelqu'un qui m'aime

Va-t-en maintenant, sors d'ici
Fais demi tour
Car tu n'es plus le bienvenu
N'es tu pas celui qui a cherché à me blesse avec ton au revoir
Tu as pensé que je m'effronderais
Tu as pensé que je me coucherais et mourrais
Oh non pas moi
Je survivrais
Aussi longtemps que je saurais ce qu'est l'amour
Je sais que je resterais en vie
J'ai toute ma vie à vivre
J'ai tout mon amour à donner
Et j'survivrais
Je survivrais

Va-t-en maintenant, sors d'ici
Fait demi tour
Car tu n'es plus le bienvenu
N'es tu pas celui qui a cherché à me blesse avec ton au revoir
Tu as pensé que je m'effronderais
Tu as pensé que je me coucherais et mourrais
Oh non pas moi
Je survivrais
Aussi longtemps que je saurais ce qu'est l'amour
Je sais que je resterais en vie
J'ai toute ma vie à vivre
J'ai tout mon amour à donner
Et j'survivrais
Je survivrais

Va-t-en maintenant, sors d'ici
Fais demi tour
Car tu n'es plus le bienvenu
N'es tu pas celui qui a cherché à me blesse avec ton au revoir
Tu as pensé que je m'effronderais
Tu as pensé que je me coucherais et mourrais
Oh non pas moi
Je survivrais
Aussi longtemps que je saurais ce qu'est l'amour
Je sais que je resterais en vie
J'ai toute ma vie à vivre
J'ai tout mon amour à donner
Et j'survivrais
Je survivrais

Lire la suite...

lundi, mai 17 2004

Seven Nation Army

Seven Nation Army est la chanson phare de l'album Elephant [FR] des Whites Stripes dont j'ai fait une petite critique récemment. C'est un lancinant morceau à base de guitare électrique saturée (merci à Floyd de la précision^Wcorrection). Le clip est une mise en abîme des deux membres du groupe, grâce à un effet zoom infini en avant, et des formes triangulaires encadrant les différantes actions.

clip de Seven Nation Army

Voici une (très) modeste tentative de traduction de l'armée des 7 nations :

J'vais leur casser la gueule
Une armée de sept nations ne pourrait me retenir
Ils vont tout faire foirer
Prendre leur temps juste derrière mon dos
Et je me parle à moi-même la nuit parce que je ne peux oublier
Allant et venant dans ma tête derrière une cigarette

Et un message parvient à moi me disant laisse tomber

J'veux même pas en entendre parler
Chacun a une histoire à raconter
Tout le monde le sait
De la reine d'Angleterre jusqu'aux chiens de l'enfer
Et si je te prend à revenir vers moi
J'vais vous foutre une raclée
C'est pas c'que tu veux entendre mais c'est c'qui va se passer

Et un sentiment naissant en mes os me dit de trouver un chez moi

Je me rend à Wichita
m'éloignant à l'infini de cet opéra
Je vais les travailler au corp
Faire suinter la sueur par tous les pores
Et je saigne je saigne je saigne juste devant mon seigneur
Oh les mots vont saigner de moi et je ne penserait plus

Et les tâches issues de mon sang me disent de rentrer chez moi

Lire la suite...

samedi, avril 24 2004

Paint it black

Une petite traduction de plus. Paint it black est une chanson des Rolling Stones (plus précisemment de Keith Richards et de Mick Jagger), qui date de 1966. Sans plus vous faire attendre :

Peins le en noir

Je vois une porte rouge et je la veux peinte en noir
Plus de couleurs, je les veux toutes changées en noir
Je vois les filles se promener habillées dans leurs habits d'été
Je dois tourner la tête jusqu'à ce que mon obscurité s'en aille

Je vois une file de voitures et elles sont toutes peintes en noir
Avec des fleurs et mon amour, aucun ne reviendra
Je vois les gens détourner leur regard et rapidement regarder ailleurs
Comme un nouveau-né ça arrive seulement tous les jours

Je regarde en moi même pour voir si mon coeur est noir
Je vois ma porte rouge je dois la peindre en rouge
Peut-être disparaitrais-je et ne pas avoir à assumer mes actes
Il n'est pas facile de faire face quand tout votre monde est noir

Ma verte mer ne se changera alors plus en un bleu plus foncé
Je ne pouvais pas prévoir que cela t'arriverais
Si je scrute assez fort le soleil couchant
Mon amour rira avec moi avant que le jour ne se lève

Je vois une porte rouge et je la veux peinte en noir
Plus de couleurs, je les veux toutes changées en noir
Je vois les filles se promener habillées dans leurs habits d'été
Je dois tourner la tête jusqu'à ce que mon obscurité s'en aille

Hmm, hmm, hmm...

Je veux le voir peint, peint en noir
Noir comme la nuit, noir comme le charbon
Je veux voir le soleil, découpé du ciel
Je veux le voir peint, peint en noir
Je veux le voir peint, peint en noir
Noir comme la nuit, noir comme le blanc, noir, noir, noir,
Peint, peint, peint en noir, noir, noir
Noir, noir, noir...
Noir, noir, noir...

Lire la suite...

vendredi, avril 16 2004

Always look on the bright side of life

Je suis très amateur des Monthy Python et de leur célèbre humour (so british!). Une de leur oeuvre cinématographiques s'appelle la vie de Brian (Life of Brian), sorti en 1979 (je n'étais pas bien grand). Cela raconte la vie d'un dénommé Brian, né à Bethleem, en l'an 0 de notre ère, et dont la vie va suivre celle d'un autre enfant né en même temps dans l'étable d'à coté. En bref, un film culte à se procurer d'urgence, ou bien à aller voir dans sa resortie imminente dans les salles héxagonales. La fin du film se passe lors de la crucifixion, et les crucifiés se mettent à chancer une chanson connue, "Always Look on the bright side of life".

Voilà ma modeste tentative de traduction, en cliquant suite juste en dessous (bah oui, ça faisait un peu long en page principale).

Lire la suite...

- page 1 de 2